( 17 mai, 2021 )

MON ARTISTE DE MAI

A  Foréké-dschang, dans un atelier Situé au beau milieu d’une zone verte, dans le voisinage de la chefferie de Ndounga, un jeune homme dont l’art n’est aujourd’hui plus a démontrer évolue dans un environnement pleine d’énergies naturelles. Il y évolue depuis près de 2 ans.  Notre jeune artiste qui aborde la quarantaine, exerce la profession de plasticien et fait aussi de l’écriture. Feromeo NGUIMEBOU dit Mbi Féro exerce dans le monde des arts depuis plus de 20 ans, il fait sa jeunesse dans la localité de Foréké-Dschang, un coin du Cameroun qui se veut un carrefour des faisceaux d’inspirations culturelles, un petit village où les actes résonnent avec force, favorisant ainsi l’explosion des idées et des talents. Sa formation et sa carrière se sont vu enrichir par ses nombreux voyages à travers le monde ou il s’est confronté à plusieurs univers. L’ayant personnellement côtoyé et sympathisé de part mon attrait pour la culture en général et particulièrement pour les arts dont il est un acteur. Nous avons partagé de grandes réflexions (lui me transmettant son idée de la vie et moi lui emmenant  la force d’un jeune nouvel audacieux née de ce même village) et comme de nombreux autres jeunes. Je peux vous  rassuré qu’il s’agit d’une personne assez sérieuse, d’un charme assez particulier, un visionnaire avec beaucoup de culture et d’idées.   Son ouvrage faite de sculpture assez enrichis et sa peinture d’un style très vivant, et abstrait font le point névralgique d’une foules de tout âge venu admiré et partagé l’art pour lequel il exerce.  La finesse de tel œuvre, l’agressivité d’une tel autre, la voix d’une tel autre, et les idées transmise par une autre ; son expérience pointue s’exprime au fil des jours et des vents. Notre héro travaille aux seins du collectif chefferie ambulante. Il partage également avec de grand nom du milieu culturel Camerounais.

dad-

|